Actualités

Interview de Sophie SARRADE, promo 2000

14 juin 2024 Réseau
Vue 62 fois

Bonjour Sophie. Tu as été diplômée en 2000 d'IMT Nord Europe cursus Télécom Lille. Quels souvenirs as-tu de ta vie à l'école ?

Je garde un excellent souvenir de mes années d’école, à l’ENIC à l’époque. Nous étions un effectif assez réduit avec des promotions de 120 personnes provenant de la France entière pour tenter l’aventure dans cette école qui fêtait tout juste ses 10 ans et qui proposait des méthodes d’enseignement très innovantes et des installations toutes neuves. Une grande autonomie était laissée aux étudiants dans la l’organisation de leur temps de travail avec beaucoup de temps en entreprise via les stages. Une approche très orientée recherche de solution qui est très formatrice à l’heure de démarre son premier job.

 

Je garde le souvenir d’une ambiance d’entre-aide plus que de compétition entre les élèves et bien sûr d’une vie festive digne de la métropole lilloise !

 

Tu exerces différentes fonctions au service de Beijaflore. En quoi cela consiste-t-il et quelles sont les qualités requises au quotidien ?

Je suis chez Beijaflore avant tout consultante et je suis en mission chez mes clients environ 60% de mon temps essentiellement sur des projets de mise en place d’outils CRM et de réflexion autour du client unique dans les secteurs des télécoms, de l’énergie et de l’immobilier.

 

En parallèle de mes missions chez le client je suis responsable du développement des Pôles d’expertise Beijaflore appelées les B-Communities qui sont des groupes de travail internes destinés à développer nos savoir-faire sur des sujets qui impactent les enjeux de nos clients qu’ils soient techniques ou sectoriels. 

 

Ces Pôles ont pour rôle premier d’assurer la formation continue de nos consultants, de les faire monter en compétence et de les accompagner lorsqu’ils démarrent une nouvelle mission.

 

Les B-Communities proposent des formations internes, des conférences –souvent avec des intervenants externes spécialistes d’un sujet-, elles communiquent via nos newsletters et notre intranet et produisent des contenus - articles et livres blancs -pour faire connaitre nos expertises, nos convictions et notre positionnement en tant que cabinet de conseil.

 

La vie interne du cabinet est un levier clé de fidélisation des consultants et permet de tisser des liens entre membres de BUs de plusieurs centaines de collaborateurs.

 

Piloter ces travaux me permet d’être un relais au sein du cabinet, entre les RH, et le commercial, de connaitre les consultants, leurs attentes et leurs forces pour leur permettre de s’investir et de se réaliser dans le cabinet. Cela demande d’être à l’écoute, de se rendre disponible et de s’organiser au mieux pour gérer les impératifs de mes missions et mes devoirs envers les consultants.

 

Est-ce qu'être une femme dans ce milieu procure une approche différente ?  

Je n’ai jamais senti au cours de ma vie professionnelle de discrimination dans le fait d’être une femme, tout au plus quelques a priori qui pouvaient être aussi bien positifs que négatifs. Mais il est vrai qu’en grandissant professionnellement on se rend compte qu’il y a de moins en moins de modèles féminins dans les métiers du Conseil – les Partners sont souvent des hommes ! Je ne voudrais pas tomber dans les clichés des qualités féminines (organisation) ou masculines (leadership) mais je trouve important de porter un exemple pour la génération suivante et de montrer qu’on peut réussir en étant une femme. 

 




1
J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.