Actualités

Nicolas BRAIBANT ( promo 2016)

14 mars 2024 Association
Vue 240 fois

Bonjour Nicolas. Tu as été diplômée en 2016 d'IMT Lille Douai (Télécom Lille). Quels souvenirs as-tu de ta vie étudiante ?

Je garde de très bons souvenirs de ma vie étudiante, aussi bien des cours que des à côtés. Il y avait une bonne dynamique de promo, ce qui nous a permis de d'avancer ensemble de manière efficace et conviviale. J'ai apprécié les cours et les spécialités que j'ai suivi durant ma formation. Elle m'a permis de m'insérer facilement dans la vie active et de prendre plaisir à ce que je faisais. La vie associative était plutôt sympathique également, je n'ai jamais fait officiellement partie du BDE, mais je n'en étais jamais bien loin, je participais à la préparation des Week End d'Intégration, des Remises des Diplômes, des Télépintes, ... On a passé des bons moments à préparer ces événements et à profiter le moment venu. Ma vie étudiante a également été source de rencontres, des rencontres à chaque période de mes études, de par mes 6 stages déjà, mais également au sein de l'école et de la promo 2016. Quand on passe 5 ans de sa vie à côtoyer les mêmes personnes il est évident que des liens forts se créent.

 

 

Tu es le responsable informatique d'une base Antarctique. Peux-tu nous présenter ton poste, et les contraintes particulières dues à cet environnement particulier ?

Je suis aujourd'hui le responsable informatique de la base Antarctique Française Dumont d'Urville. Je suis le seul informaticien sur place, et par conséquent j'ai la gestion de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à de l'informatique dans ce petit village. C'est à dire que je gère le réseau (ma spécialité), le système, le hardware, les accès externes, l'assistance utilisateurs, et tout ça avec une petite touche de programmes scientifiques puisque mon job consiste également à assister les biologistes dans l'étude des manchots et à gérer les observatoires magnétique et sismologique de la base. Je peux dire qu'il y a parfois des journées bien chargées !

En soit on pourrait penser que le job d'informaticien ici est plutôt simple, de par la taille du système d'information notamment, mais c'est une vérité fausse. Effectivement, on se retrouve à gérer l'équivalent d'une PME de belle taille, une trentaine d'équipements réseaux, une dizaines de serveurs, quelques NAS, une cinquantaine de postes téléphoniques, et une bonne centaine de PC pros et persos. Cependant il y a deux composantes essentielles à prendre en compte : nous sommes 23 coincés sur une île de quelques kilomètres carrés, et le climat extérieur est relativement hostile. Le fait d'être toujours avec les mêmes personnes, de ne pas réellement savoir si la barrière vie privée/professionnelle existe pèse également sur l'informaticien. Je pense qu'il est l'une des personnes sur la base qui subit le plus de pression de la part des autres membres de la mission, même si bien souvent elle est involontaire. C'est en effet à lui que l'on vient se plaindre quand il y a un soucis pour échanger avec sa famille à l'extérieur, c'est lui qu'on vient voir quand il y a un bug ou une difficulté informatique quelconque. L'assistance utilisateurs pèse beaucoup par moment, parce qu'il faut également faire acte de sociabilité auprès des autres membres de l'hivernage, qu'il soit 8h ou 22h. C'est sans doute une pression que je m'applique majoritairement seul, mais je considère comme prioritaire le fait que chaque membre de la mission puisse échanger avec ses proches "dehors". Ici chaque heure de Skype réussie passée avec sa famille ou ses amis prend une toute autre dimension et influence directement le moral, de la même manière que le petit mail quotidien qui apporte un peu de chaleur. C'est qu'il fait -25°C dehors quand même !

J'ai aussi de nombreuses occasion de travailler sur le réseau de la base, de découvrir un peu mieux comment fonctionnent les systèmes, les base de données, les services mails, et les sciences !
L'avantage et l'inconvénient du poste ici est qu'il a le statut de VSC (Volontariat au Service Civique). C'est une superbe opportunité pour quelqu'un qui sort d'école de découvrir et de prendre en main un système d'information complet. Cependant c'est également délicat parce que la personne en poste n'a pas forcément le recul et l'expérience nécessaire pour gérer correctement tout l'ensemble. De la même manière que chacun a sa spécialité et préférera avancer dans sa voie, on prend le risque de laisser certaines parties du SI à l'abandon. C'est ainsi que je suis arrivé sur site avec un réseau particulièrement bancal. Cela me permet de maintenir et d’approfondir les compétences acquises lors de mon expérience précédente à la SNCF ces deux dernières années.

Dernier point, le climat en Antarctique est rude et compliqué, ce qui ne facilite pas la partie télécom. Travailler sur une fibre optique ou un câble téléphonique en extérieur n'est pas évident en été, mais est quasi impossible en hiver par -25°C et 50km/h de vent moyen. Les travaux de précision en extérieur sont particulièrement désagréables quand il ne sont pas impossibles. Certains chemins de câbles sont ensevelis sous plusieurs mètres de neige et/ou de glace. La connexion Internet est le nerf de la guerre sur la base. Il est difficile aujourd'hui de s'imaginer partager entre une dizaine de PC une connexion VSAT de 256 kbs, mais c'est pourtant ce que l'on fait. C'est source de tensions assez régulière qui m'a occupé un pendant quelques mois au début, mais ca fait du bien aussi au moral de s'évader un peu sur Internet de temps en temps.
En bref l'Antarctique c'est fantastique ! Le job est très intéressant, notamment de par sa diversité, et il n'y a quand même pas beaucoup de postes dans le monde où on peut vous offrir un job avec vue sur la mer, les icebergs et un glacier tous les jours !

 

 

Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui vient d'entrer à l'école ?

J'aurais tendance à ne donner qu'un seul conseil à un nouvel entrant : se faire plaisir.

Je sais qu'il n'est pas forcément évident quand on vient passer le bac de savoir ce qu'on va faire par la suite, d'être sûr de ses choix, mais une chose est certaine, si l'on ne prend pas de plaisir dans ce que l'on fait on finira tôt ou tard par s'ennuyer et le regretter. Je crois que cela aura été un des enseignements de mon début de carrière en tout cas.
Si tu ne te donnes pas les moyens de vivre tes rêves personne ne te les apportera sur un plateau d'argent, alors "Aide-toi et le ciel t'aidera".

 




6
J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.